Municipales | Les jeunes et futurs médecins s’engagent !

Paris, le 18 février 2020. Les élections municipales approchent à grands pas et tous les maires se préoccupent de l’accès aux soins de leurs administrés. Certains pourront encore proposer des mesures coercitives, dont on connaît l’effet contre-productif. Chaque commune voulant son médecin généraliste, certains élus rivaliseront de propositions  pour l’obtenir. Conscients et soucieux de cette difficulté d’accès aux soins que rencontrent tous les Français, en ville comme en milieu rural, les syndicats représentant les étudiants en médecine (ANEMF), les internes en médecine générale (ISNAR-IMG) et les généralistes remplaçants, jeunes installés et chefs de clinique (ReAGJIR) ont décidé de se mobiliser afin de sensibiliser leurs confrères et d’avancer aux côtés des élus pour appréhender au mieux les enjeux de l’installation et agir grâce à des propositions concrètes, à travers un guide.

Portrait d’un jeune diplômé

La première difficulté observée est souvent la méconnaissance ou mauvaise connaissance de ce qu’est un jeune médecin, qu’il soit externe, interne ou diplômé. Comprendre son parcours, son cadre de vie personnel et ses attentes professionnelles est une base nécessaire pour savoir répondre à ses attentes, sans excès ni surenchères. Un médecin s’installera souvent dans une région ou une ville qu’il connaît : l’externat, l’internat et le remplacement sont entre autres faits pour découvrir un territoire et un mode d’exercice (libéral, salarié, exercice mixte).

Des mesures simples à mettre en place

Les élus locaux peuvent agir pour attirer les jeunes dans leurs territoires et il existe des mesures accessibles à mettre en place dans ce sens. Cela commence avant même l’entrée dans les études de médecine, en sensibilisant les lycéens par exemple. Accompagner les maîtres de stage des universités (médecins accueillant des étudiants en formation) et les étudiants dans leurs déplacements, leurs hébergements et comprendre leurs attentes, pour leur faire découvrir un territoire. Lors de l’installation, accompagner le projet professionnel et personnel, proposer des aides complémentaires à l’installation, faciliter l’exercice mixte, etc. Plus largement, il est nécessaire de rénover l’offre de soins en la réorganisant et en facilitant la mise en relation entre professionnels de santé : les MSP (Maisons de Santé Pluri-professionnelles), les CPTS (Communautés Professionnelles Territoriales de Santé) nouvel échelon de prise en charge des patients sur un territoire, sont notamment une des clefs à mettre en place et sur lesquelles s’appuyer. La télémédecine est aussi une solution complémentaire, à développer à bon escient.

Jeunes et futurs médecins généralistes savent qu’il faudra attendre au moins 2025 avant que leur nombre augmente à nouveau. L’urgence n’est pas de mettre en place des mesures coercitives qui desserviraient l’attractivité de la spécialité mais bien de prendre en charge au mieux les bassins de population de patients, avec l’ensemble des professionnels de santé d’un territoire. Il faut pour cela faire découvrir les territoires aux jeunes et futurs médecins pour leur donner envie de s’y installer, les accompagner sans surenchères, et repenser l’organisation des soins à une nouvelle échelle.

L’ANEMF, l’ISNAR-IMG et ReAGJIR ont initié un travail collaboratif avec l’Association des Maires Ruraux de France pour porter ensemble ce guide et le rendre accessible aux élus de tous les territoires.

Ces propositions seront présentées par les trois structures jeunes le 20 février à 12h45 au congrès de l’ISNAR-IMG à Saint-Etienne.

***************************************************

A propos de ReAGJIR – www.reagjir.fr

ReAGJIR est le Regroupement Autonome des Généralistes Jeunes Installés et Remplaçants en France. Créé en janvier 2008, ce syndicat regroupe et représente les remplaçants en médecine générale, les médecins généralistes installés depuis moins de 5 ans et les jeunes universitaires de médecine générale (chefs de clinique, maîtres de stage des universités, enseignants de médecine générale). Fédération de syndicats régionaux, la structure accompagne et défend l’exercice du métier par ces trois types de professionnels et milite pour la construction d’un système de santé à l’image des jeunes généralistes : innovant, collaboratif, humain et solidaire.

ReAGJIR C/O Collège de la Médecine Générale 6 place Tristan Bernard 75017 PARIS

A propos de l’ANEMF – www.anemf.org

L’ANEMF, Association Nationale des Etudiants en Médecine De France, représente les étudiants en médecine de premier et deuxième cycle, c’est à dire de la première à la sixième année des études médicales.

A propos de l’ISNAR-IMG – www.isnar-img.com

L’ISNAR-IMG, Intersyndicale Nationale Autonome Représentative des Internes de Médecine Générale, regroupe 23 structures d’internes de Médecine Générale de la France entière.

***************************************************

Contacts presse

Pauline SAINT-MARTIN | 06 83 00 57 40 – pauline.saintmartin.rp@gmail.com

Anne-Lise VILLET | 06 28 47 30 01 – annelise.villet.rp@gmail.com

Dr. Laure DOMINJON | 06 42 18 40 14 – president@reagjir.com

Roxane HELLANDSJÖ-PROST | 06 50 38 64 94 – president@anemf.org

Marianne CINOT | 06 58 87 91 47 – president@isnar-img.com

http://www.reagjir.fr/wp-content/uploads/2020/02/200218-Communique-commun-Guide-accès-aux-soins-municipales.pdf