La feuille de route prescrite par les jeunes généralistes

Paris, le 17 mai 2017. Le président de la République Emmanuel MACRON, sur proposition du Premier ministre Edouard PHILIPPE, vient de nommer Agnès BUZYN au poste de ministre des Solidarités et de la Santé. ReAGJIR, le syndicat qui rassemble et représente les jeunes médecins généralistes (remplaçants, jeunes installés et chefs de clinique), souhaite rappeler à la nouvelle ministre les 4 chantiers majeurs sur lesquels il lui semble urgent d’intervenir en priorité.

Protection sociale et déserts médicaux : améliorer l’un pour enrayer l’autre

Dans un premier temps, ReAGJIR souhaite interpeller la nouvelle ministre sur la protection sociale des jeunes médecins, qui est une aberration ! Le système de prévoyance n’offre tout simplement aucune couverture aux remplaçants non thésés et un délai de carence de 90 jours en cas d’arrêt maladie pour les médecins installés. Quelle autre profession doit être malade pendant 3 mois consécutifs avant de pouvoir prétendre à une protection sociale ? Le syndicat souhaite attirer l’attention d’Agnès BUZYN sur cette précarité, qui contribue à renforcer les déserts médicaux puisque cela constitue un frein sérieux à l’installation en libéral. Il est grand temps de réformer la protection sociale des professions libérales, comme Emmanuel MACRON l’a souhaité lors de la campagne présidentielle afin que l’égalité si chère aux valeurs françaises s’applique aux médecins par un système de prévoyance et de retraite solidaire. « Cela devra être, pour nous, une des priorités de la nouvelle ministre. Tous les jours, nous aidons et conseillons nos adhérents sur des problèmes liés à la précarité de leur protection sociale. Il est temps de régler cela. », explique le Dr. Sophie AUGROS, Présidente de ReAGJIR.

Le pluri-professionnel : une clef de voûte à bâtir

Le deuxième axe important et porté entre autres par ReAGJIR est l’ouverture au travail pluri-professionnel. En France, le constat est unanime : la population est vieillissante et la désertification médicale ne cesse d’augmenter. Les acteurs du système de santé se sont réunis à plusieurs reprises pour réfléchir aux moyens de panser cette réalité et trouver ensemble des solutions efficaces et pérennes. L’exercice de groupe et la délégation de tâches sont alors apparus comme des prérequis à la médecine de demain.

Actuellement, de plus en plus de médecins se dirigent vers l’exercice à plusieurs. Cela permet de mutualiser les moyens et certains postes de dépenses (comme avoir un secrétariat commun), mais cela permet surtout de garantir la continuité des soins. Le syndicat ReAGJIR se positionne aussi pour une délégation de certaines tâches historiquement attribuées aux médecins mais qui pourraient tout à fait être prises en charge par d’autres professionnels de santé, ce qui libérera du temps médical au praticien qu’il pourra investir auprès de ses patients. Evidemment cette meilleure collaboration entre professionnels de santé à tous les niveaux doit être pensée pour que tous s’y retrouvent. Le Dr. Sophie AUGROS ajoute : « On pourrait déjà commencer dans un premier temps par s’inspirer des initiatives locales qui fonctionnent bien. »

La rémunération des médecins : la diversification s’impose

Le syndicat des jeunes généralistes n’a eu de cesse de le répéter : l’exercice des médecins a évolué et la rémunération doit suivre et être repensée ! « En effet, au-delà de l’exercice, les types de prises en charge se sont eux aussi diversifiés et il est logique que la rémunération corresponde à la pratique. Le paiement à l’acte n’a plus lieu d’être dans la mesure où il ne correspond plus à la réalité du métier. », explique le Dr. Sophie AUGROS. La solution proposée par ReAGJIR serait d’établir un mode de rémunération pour chaque mission. Des avancées ont déjà vu le jour mais pour le syndicat ce sont des « demi-mesures » car elles ne concernent jamais la totalité des médecins et de leurs missions.

Le 1er mai dernier, la consultation est passée de 23€ à 25€. Bien que la profession s’en soit félicitée, il faut garder en tête que repenser la rémunération ne signifie pas, pour la jeune génération, l’augmenter mais bel est bien la réinventer pour la faire correspondre aux différentes missions du généraliste de premier recours.

Accès aux soins pour tous : une priorité à mettre en marche

La problématique de l’accès aux soins est double : à la fois géographique et économique.

En fonction de leur lieu de résidence, certaines personnes ont du mal à trouver un médecin rapidement. Cela peut être dû à une surcharge d’activité du praticien ou encore au fait que le médecin le plus proche soit loin. La répartition des médecins sur le territoire français n’est pas optimale. « Pour autant il est prouvé qu’obliger un médecin à s’installer à un endroit ne règlera pas le problème. Nos voisins belges et allemands ont tenté d’instaurer des mesures coercitives qui ont débouché sur la fuite des médecins et des étudiants en médecine. », rapporte le Dr. Sophie AUGROS. ReAGJIR rappelle une chose simple : un bon médecin est un médecin heureux. Et le syndicat a mené une réflexion dans ce sens qui a débouché sur des solutions pour améliorer l’organisation des soins sur l’ensemble du territoire, à commencer par l’ouverture des études.

En ce qui concerne les difficultés financières d’accès aux soins, ReAGJIR rappelle son attachement aux trois principes fondateurs de notre système de santé : accès universel aux droits à la santé, aux soins selon les besoins du patient et non pas selon ses moyens et un système de santé solidaire. Ces valeurs devront sous-tendre toute réforme à venir. De plus, les jeunes généralistes se tiennent prêt à relever le défi de la prévention pour lutter, notamment, contre les inégalités sociales de santé qui se sont encore accrues d’après le dernier rapport de la Drees : les inégalités sociales de mortalité par exemple se creusent légèrement sur la période 2009-2013, pour l’écart d’espérance de vie à 35 ans entre cadres et ouvriers par rapport à la période 2000-2008.[1]

« Nous nous réjouissons de connaître le nom de la nouvelle ministre en charge de la Santé et espérons vivement être entendus. Les chantiers à réaliser sont nombreux et nous souhaitons pouvoir y participer en faisant entendre la voix de la jeune génération de médecins. Ce sont les 5 prochaines années qui seront les plus difficiles en matière de démographie médicale : il est plus que temps d’agir et nous voulons aider. Emmanuel Macron a annoncé vouloir investir 5 milliards d’euros dans la santé, preuve de son intérêt pour le secteur. Espérons que des actes concrets, en concertation avec la profession, suivront. », conclut le Dr. Sophie AUGROS.

Pour aller plus loin : le ministère de l’Enseignement supérieur est aussi sollicité par les généralistes. En effet, la médecine générale comme spécialité enseignée à l’Université vient de fêter ses 10 ans mais de nombreux problèmes demeurent. Par exemple, le nombre et le statut des chefs de clinique de médecine générale restent encore sujet à caution et méritent toute l’attention du ministre. De plus, encore récemment, ReAGJIR dénonçait le refus par certaines facultés de médecine de rémunérer des maîtres de stage des universités de médecine générale.

Si le problème peut sembler anecdotique pour certains, il est primordial et va bien plus loin : « Cette attitude illégale et irrespectueuse de la maîtrise de stage semble maintenant s’étendre à la majorité des facultés de médecine. », s’inquiète le Dr. Sophie AUGROS. « Sans doute sont-elles encouragées par l’absence de clarification ou de pénalités. Après les premiers cas rapportés il y a six ans, le phénomène prend une ampleur inquiétante. Il est impossible que nous laissions passer de telles pratiques ! ».

ReAGJIR demande donc au nouveau ministre de l’Enseignement supérieur de se saisir de ces dossiers et d’accepter, enfin, d’ouvrir le dialogue avec les jeunes généralistes.

A propos de ReAGJIR – www.reagjir.com

ReAGJIR est le Regroupement Autonome des Généralistes Jeunes Installés et Remplaçants en France. Créé en janvier 2008, ce syndicat regroupe et représente les remplaçants en médecine générale, les médecins généralistes installés depuis moins de 5 ans et les chefs de clinique en médecine générale. Fédération de syndicats régionaux, la structure accompagne et défend l’exercice du métier par ces trois types de professionnels et milite pour la construction d’un système de santé à l’image des jeunes généralistes : innovant, collaboratif, humain et solidaire.

Contacts presse

Pauline SAINT-MARTIN | 06 83 00 57 40 – communication@reagjir.com

Dr. Sophie AUGROS, Présidente | 06 42 18 40 14 – president@reagjir.com

 

[1] Synthèse de l’état de santé de la population en France – 2017, graphique 3, page 22, url : http://drees.social-sante.gouv.fr/IMG/pdf/synthese-2.pdf