ReAGJIR demande que les aspirations des jeunes généralistes soient au cœur des discussions. 

Aujourd’hui se tient la première réunion des négociations conventionnelles.

Objectif annoncé : redéfinir les conditions d’exercice des médecins et leurs relations avec l’assurance maladie dans le but d’améliorer la prise en charge médicale de la population.  

Jusqu’ici peu entendue dans les négociations précédentes, la position des jeunes généralistes portée par ReAGJIR devra pourtant s’imposer si l’on souhaite que de jeunes médecins continuent à exercer dans de bonnes conditions.

Le rapport de la DREES publié le 12 février l’a mis en évidence, la population des professionnels de santé évolue, et ces négociations ouvriront le bal pour les cinq ans à venir.

Afin de répondre aux problématiques, celles-ci devront porter sur trois sujets simples mais déterminants pour tout médecin généraliste :

  • Quelle couverture sociale garantir ?
  • Quels modes de rémunération mettre en œuvre ?
  • Quels modes d’exercice favoriser ?

Sur ces trois points-clés, ReAGJIR a formulé des propositions claires :   

  • Étendre la couverture sociale des médecins, en particulier en cas d’arrêt de travail et de maternité ;
  • Revoir notre mode de rémunération en modifiant les critères de la ROSP, en augmentant la part des forfaits et en simplifiant la nomenclature des actes ;
  • Valoriser le travail en équipe et la collaboration entre les professionnels de santé au travers, notamment, d’un forfait structure.

Ces préoccupations risquent malheureusement de ne pas être celles de nos aînés, dont les cinq syndicats qui les représentent n’ont depuis plusieurs mois d’autre revendication que la revalorisation du tarif de consultation.

Jacques Olivier DAUBERTON, Président

06 42 18 40 14 – president@reagjir.com

Charline BOISSY, Porte Parole

06 26 47 15 73 – porteparole@reagjir.com

3, 2, 1, négociez …