Lors de la dernière délibération des Présidents de sous-section du Conseil National des Universités (CNU), le Ministère de l’Enseignement supérieur et de la Recherche (MESR) a fait pression dans le but de limiter le nombre des nouvelles nominations d’enseignants associés à 18, alors que 35 avaient pourtant été jugés aptes par le CNU.

Si l’on compte les 20 départs prévus, le nombre d’associés va diminuer l’année prochaine !
Cette décision va mettre en grave difficulté les étudiants et les départements de médecine générale facultaires compte-tenu de la précarité extrême dans laquelle ils se trouvent déjà. Cela souligne la méconnaissance des besoins de la profession par un Ministère dépassé qui se met lui-même en opposition avec la politique de virage ambulatoire du Gouvernement.

Comment, en effet, espérer défendre la cohérence d’une telle mesure quand on sait que le ratio enseignant équivalent temps plein / étudiants de la seule discipline universitaire ambulatoire est à 1 pour 103 alors que les disciplines hospitalières sont à 1 pour 10 ?
Comment former les futurs professionnels de santé et émettre des données valides et adaptées à la pratique ambulatoire avec aussi peu de moyens ?
Comment motiver les internes et les chefs de cliniques à s’engager dans la Filière Universitaire de Médecine Générale (FUMG) quand il existe si peu d’opportunités de carrière ?
L’ISNAR-IMG1, ReAGJIR2 et le SNEMG3 avaient pourtant mis en garde le MESR : la création de la sous-section Médecine Générale devait être suivie de nominations en nombre suffisant sous peine de rester une mesure sans moyens. Il n’a pas fallu plus de quelques mois au MESR pour démontrer son double langage.

Ce Ministère se fait fort d’occulter cette mesure incohérente en rappelant à qui veut bien l’entendre qu’il a permis la nomination de 25 professeurs associés. Peut-être serait-il plus honnête de rappeler qu’il ne s’agit là que de prorogations ou de promotions sans création de poste, qui ne coutent rien de plus.

L’ISNAR-IMG, ReAGJIR et le SNEMG attendent par ailleurs toujours les dispositions de l’annonce faite par Madame la Ministre de la Santé du doublement des postes de chefs de clinique à l’horizon 2017.

Le virage ambulatoire doit impérativement passer par l’Université !

Pour l’ISNAR-IMG, Pierre-Antoine MOINARD, Président.
Pour ReAGJIR, Jacques Olivier DAUBERTON, Président.
Pour le SNEMG, Matthieu CALAFIORE, Président.

1 – InterSyndicale Nationale Autonome Représentative des Internes de Médecine Générale
2 – Regroupement Autonome des Généralistes Jeunes Installés et Remplaçants
3 – Syndicat National des Enseignants de Médecine Générale

Contacts Presse
ISNAR-IMG | Pierre-Antoine MOINARD – Président – 06 7307 53 01 – president@isnar-img.com
ReAGJIR | Jacques Olivier DAUBERTON– Président – 06 42 18 40 14 – president@reagjir.com
SNEMG | Matthieu CALAFIORE – Président – 06 13 37 30 86 – m.calafiore@snemg.fr